top of page

Lancés de graines

Les beaux jours se suivent, la saison se prépare. À la petite ferme, les chantiers se multiplient.

La semaine dernière, je me suis attelée à un gros chantier de semis. Mais cette fois-ci, pas question de m’installer confortablement dans ma pépinière, il s’agissait d'implanter des engrais vert directement dans mon champ.

Voilà une bonne raison de vous expliquer un peu mon organisation et d'aborder un peu d'agronomie!



Un engrais vert? c'est quoi?

Ce qu’on appelle engrais vert, ce sont des mélanges de différentes plantes, de différentes familles, que l'on sème entre deux cultures.

Souvent, on associe des plantes qui captent l'azote de l'air (l’azote c’est ce qui fait pousser les plantes) et qui pourront le restituer au sol et d'autres qui vont développer de grosses racines qui vont ameublir la terre ; on peut aussi y ajouter des fleurs, pour attirer les insectes. Tout est possible, en fonction de ce que l'on veut "améliorer".

On utilise des céréales dans ces mélanges mais il faut les couper avant que les graines ne soient fertiles. En général, on coupe l’engrais vert au plus tard quand il fleuri, et on laisse le foin sur place pour qu’il nourrisse la terre en se décomposant.

D'où le nom d'engrais vert.


À la petite ferme, il y a des légumes qui pousseront dans les serres, et d'autres dans un champ.

Dans ce champ, les cultures seront organisées en jardins.

Chaque jardin regroupera des plantes de la même famille botanique (le jardin des cucurbitacées accueillera courges, et courgettes, celui des brassicacées tous les types de choux etc.).

Cette organisation permet de simplifier la gestion des cultures et leur enchaînement dans le temps. Ainsi vous ne trouverez pas deux années de suite le même légume au même endroit ce qui devrait limiter le risque de maladies.

il y a aussi des légumes plus "gourmands" que d'autres. Une tomate par exemple à besoin de puiser plus dans la terre qu'une salade. Si je plante une tomate à un endroit, elle va puiser beaucoup de nutriments pour donner de beaux fruits. L'année suivante, si je replantais une tomate au même endroit, les tomates risqueraient d'être moins nombreuses et moins grosses parce qu'il deviendrait difficile de trouver de quoi les nourrir dans la terre. Ou alors, il faudrait apporter beaucoup de compost, de fumier ou d'engrais.

Une des solutions est donc de planter un légume qui se contenterait de ce qu'il reste dans la terre, comme une salade par exemple.

Alterner les cultures (on dit faire des rotations) permet donc de les enchaîner en fonction de leurs besoins, ou de comment leurs racines, plus ou moins nombreuses, grosses ou profondes, vont agir sur le sol.


Revenons-en à mon engrais vert!

Dans mon champ, chaque année il y aura des jardins dans lesquels je ne planterai aucun légume, mais je sèmerai un engrais vert, pour laisser la terre se reposer, avant d’y recultiver des légumes l'année suivante. Cette année, dans mon champ, il y aura 8 jardins, mais seulement 6 feront pousser des légumes. Les 2 autres, ont le droit de se reposer dès la première année! Quels chanceux!

Ils seront prêts pour faire pousser des légumes l’an prochain, offrant le repos de l’engrais vert à 2 autres jardins.

Au bout de 4 ans, tous les jardins se seront reposés, et on pourra recommencer! En plus de ces deux jardins, j'ai aussi semé de l'engrais vert sur les jardins supplémentaires que je commencerai à cultiver à partir de l'année prochaine.

Conclusion.

L’engrais vert, c’est comme une thalasso.

On se repose et on se requinque avant de reprendre le boulot! Enfin ça, c'est vrai pour la terre, parce qu'en ce qui me concerne, semer 4000m2 à la volée, je ne dirai pas que c'est de tout repos! Mais j'ai d'autant plus de respect pour tous les semeurs d'antan.





Commenti


bottom of page